Mémoires émotionnelles : stress et conséquences (III) – le langage du corps

En avoir plein le dos, se mettre la rate au court-bouillon, avoir des nœuds à l’estomac, le cœur au bord des lèvres, être à côté de ses pompes ou à fleur de peau, etc. Ces expressions, très imagées sont aussi très vraies, dans la mesure où elles pointent exactement le lieu du corps où se forme le blocage et indique des pistes à suivre pour en identifier l’origine. Ces blocages, ces mémoires émotionnelles sont ainsi inscrite dans la chair et y laissent des marques. Ces marques, on peut les soigner, vivre avec – un mal de dos chronique, par exemple – , les ignorer jusqu’à ce que ça passe ou ça casse – les pieds, littéralement, par exemple également. Parfois, nous n’en sommes même pas conscient.e.s.

Ces mémoires laissent très souvent des traces, imperceptibles, qui se réveillent lorsqu’elles rentrent en résonance avec le présent. Comme si elles étaient en dormance, quelque part en nous et qu’un événement les tiraient brutalement du sommeil.

La kinésiologie, la médecine chinoise ainsi que différentes techniques énergétiques, permettent de se libérer une bonne fois de ces mémoires en identifiant leur origine, leur raison d’être avant d’en libérer l’individu. Connaître l’origine d’un blocage, d’un dysfonctionnement, c’est en prendre conscience et accepter d’une certaine façon, de s’en libérer une bonne fois pour toutes.

Ces mémoires , toutes les espèces, et tous les individus de chaque espèce en ont. J’ai envie de dire, toutes les cellules du vivant en sont constituées. C’est vertigineux, non ? … Et ce n’est pas le sujet de cet article – du moins, pas directement – alors je pose simplement l’idée…

Le sujet, c’est donc : le corps, comme indicateur de blocage émotionnel/traumatique. Et comme rien ne vaut l’exemple…

Il y a trois semaines, E. cheval au passé compliqué, adopté, rééduqué, aimé et suivi depuis un an en soins énergétiques et communication intuitive, a manifesté un soudain problème digestif – que le vétérinaire n’a pas pu expliquer. Ce cheval, stressé sous la selle à la suite d’expériences traumatisantes et trimballé de propriétaire en propriétaire, venait de passer une séance montée plutôt agréable et d’apprendre qu’il allait déménager « en famille » (aucun rejet, aucun abandon). Son système hépatique, déjà sensible, s’est mis en mode « alerte » : il a eu tellement « les foies » que tout a déraillé*. En « écoutant » ce que le foie, puis les autres organes du système digestif de E. avaient à « dire », il a été possible d’identifier les origines premières des blocages, certains liés à ses expériences avec les humains, d’autres simplement liés à sa vie de poulain. Il faudra peut-être d’autres séances pour libérer totalement E. de ses mémoires cellulaires traumatiques mais cette approche énergétique a permis de lever de gros blocages et d’amorcer le travail de « métamorphose » qui l’inquiétait tant.

Ainsi, lorsque nous avons l’impression de « ne pas être bien dans nos baskets », d’avoir « un coup de pompe » (qui pompe ?), etc. il peut être intéressant de chercher les causes psycho-émotionnelles d’un tel mal être afin de s’en défaire une bonne fois – ou de prendre conscience, de ce qui ne va pas**. Concernant les autres espèces qui partagent nos vies, il me semble essentiel de chercher à comprendre ce qui est exprimé par le corps, ce que cela signifie, pour soigner l’animal en profondeur (et parfois, également, changer notre comportement vis à vis de lui).

  • *Le foie, c’est l’organe de la transformation et de la purification. Pour plus de renseignements cliquez sur ce lien (article très bien fichu).
  • ** on peut ne pas en tenir compte, et continuer à en avoir plein le dos, et se bourrer d’anti-douleurs, mais en conscience!